Hier soir comme beaucoup de mes compatriotes, j’ai regardé les derniers épisodes de Dexter.

Et oui, après 8 saisons notre tueur en série préféré tire sa révérence.  Je dois bien l’avouer, les derniers épisodes manquaient d’adrénaline, ce qui m’a souvent fait regretter les premières saisons. Notamment la fameuse saison 4 avec le Trinity Killer. Quel choc. Oui je me rappelle avoir été réellement choquée et émotionnée par la violence de cette fin de saison…avec une douloureuse scène qui se reproduit pour Dexter (Femme, mare de sang, bébé…). A partir de ce moment là, je pense qu’il ne pouvait pas faire « mieux ».

Jusqu’à la saison 6, je peux dire avoir été surprise, même si les intrigues commençaient à perdre de leur saveur. On était moins surpris. Moins émotionné.

La saison 8 n’échappe pas à la règle. J’ai souvent décroché. Moi qui attendais avec impatience chaque nouvel épisode, je me suis surprise sur la fin à ne plus y penser. Pour finalement engloutir les trois derniers, par crainte de me faire spoiler par mes « amis » facebook.

Cet ultime épisode, intitulé « Remember the monsters ? » (Tu te souviens des monstres ?) n’a laissé personne indifférent. Certains ont détesté, qualifié celui-ci de gâchis.

Moi j’ai étrangement aimé. Rien d’exceptionnel, rien de spectaculaire. Pas de vraie surprise. Pourtant cette fin sans artifice m’a séduite. Pourquoi ?

  • L’humanité de Dexter : Oui, finalement ces derniers épisodes montrent à quel point celui-ci a changé. On est loin du monstre sanguinaire du début. Dexter, c’est juste un homme qui aime sa famille. Et qui finira par la perdre en choisissant de laisser parler son humanité. Bref j’ai aimé ce côté « nianian » décrié par certains. Surtout lorsque cela concernait Dexter et Debra (petit coeur qui pleure lorsque Debra lui raconte l’histoire des monstres et comment il la rassurait de manière hyper rationnelle).
  • La cruauté : Pas de sang ici. Juste l’état de solitude véritable que connaîtra notre héros. La plus grosse erreur de Dexter, c’est finalement de choisir son humanité et sa famille. C’est de cette façon qu’il les perdra pour toujours. Pour se confronter à une sentence bien pire que la mort à mon sens : la solitude. Et n’y-a-t-il pas fin plus cruelle pour notre tueur sanguinaire que de se tenir éloigné et caché des êtres qu’il aime ? Ranger ses couteaux, abandonner son « dark passenger » , un choix lourd de conséquence puisque cette vie normale si longtemps simulée ne lui sera jamais accessible.
  • L’imagination laissée au spectateur : Comment a-t-il survécu à l’ouragan ? Pourquoi « quitter » Debra de la sorte ? Que deviendront Anna et Harrison ? Et Dexter ? Arrivera-t-il à supporter cette vie forcée ? Ses instincts de tueur reprendront-ils le dessus ?

Bref, triste d’avoir fini cette série. Triste de quitter le duo Dexter/Debra (mon personnage préféré de toute la série)…mais il était temps.

Pour finir sur une note positive…

dexter-debra-hug dexter-debra-hug-2

Share: