Rat de bibliothèque, je suis, rat de bibliothèque je resterai ! Et oui, depuis mon plus jeune âge, je voue une passion sans faille (ou presque) à la lecture. Ma maman avait pour habitude de nous emmener à la bibliothèque quand nous étions enfants, c’était d’ailleurs l’un des moments préférés de ma semaine. Je me revois déambuler dans les allées toute excitée à l’idée de trouver une nouvelle histoire. La gourmandise était de mise, puisque j’avais une fâcheuse tendance à vouloir emporter un maximum de livres. Autant vous dire que j’ai parfois rudement négocié avec la bibliothécaire pour en emmener un ou deux de plus.

Cet amour est toujours d’actualité, même si, j’ose le dire, mon addiction aux écrans m’a quelque peu détournée de la douceur des pages.  Un jour, j’ai réalisé que je n’avais rien lu depuis 2 mois…et j’ai eu honte. Puis la nostalgie est arrivée lorsque je repensais à ces longues heures, voire journées, passées à dévorer le dernier Harry Potter – ces livres ont accompagné mon adolescence, j’imagine qu’il en est de même pour vous 🙂

Le livre numérique ne m’inspirait pas de bonnes choses. J’avais peur qu’il devienne la norme, je me disais que ce serait forcément moins bien que les livres, les vrais. Et pourtant ! On m’a offert la Kobo Glo HD il y’a 9 mois, à l’occasion de mon anniversaire, et c’est devenu l’un de mes indispensables.

kobo-4-et-si-on-bavardait

J’aime la Kobo car…

  • Elle est pratique : légère et outil « nomade, elle me permet d’emporter avec moi autant de livres que j’ai envie. Actuellement, j’ai une petite centaine d’histoires stockées dans ma bibliothèque, ce qui me permet de switcher quand une intrigue ne me plait pas. Je peux stocker jusqu’à 4Go de fichiers numériques et croyez moi, il y’a de la marge. Pour vous donner une idée, avec mes 100 livres, je n’ai même pas utilisé 1 Go.
    Le format de la Kobo est idéal, particulièrement en situation de nomadisme comme les vacances, le trajet maison-boulot-boulot-maison.  Certains ouvrages sont conséquents en format papier, il peut être compliqué de les transporter dans un sac déjà bien rempli. En termes de prise en main, ma Kobo est super légère. Je craignais que son format diffère de celui d’un livre, et soit donc moins confortable…que nenni ! J’étais aller au préalable tester les différentes versions existantes  – la Kobo Aura est plus grosse par exemple – la Glo a remporté les suffrages.
  • Elle permet une lecture confortable : contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’écran de la liseuse n’est pas un écran type smartphone ou tablette. L’écran est spécialement étudié, avec une encre électronique. L’écran est blanc, sans lumière bleue : fini les yeux qui brûlent ! Je n’ai d’ailleurs jamais été gênée par des reflets ou la lumière du soleil (testé et approuvé lorsque je lisais sous les sunligts des tropiques).
    Ultime détail « confort » qui a son importance : vous pouvez choisir la police qui vous convient ainsi que sa taille.
  • Je peux lire la nuit sans déranger mon partenaire de dodo : rien de plus frustrant que d’éteindre la lumière en plein suspense pour ne pas déranger son voisin en plein endormissement ou pire, sortir de la chaleur du lit, affronter le froid du couloir, et continuer sa lecture dans le canapé. Dieu merci, ma liseuse dispose d’un rétroéclairage qui me permet de lire au lit sans déranger mon Amoureux endormi. C’est aussi pratique lorsqu’il fait plus sombre dans une pièce, pour éviter d’allumer une lampe. Attention, tous les modèles de Kobo ne dispose pas de cette fonctionnalité.
  • Je peux consulter mes statistiques : pour certains, cela n’aura aucune importance. Je suis assez intriguée/fière/curieuse de voir le nombre d’heures passées à lire, le nombre de livres finis, suivre de façon ludique la progression de ma lecture…
  • C’est un objet numérique avec une batterie efficace : c’était le 1er critère, ne pas avoir besoin de la recharger tous les quatre matins ! Je suis très satisfaite sur ce point, puisque je recharge environ tous les mois et demi ma Kobo.
  • Je peux acheter/télécharger différents formats de fichiers (contrairement à la Kindle qui proposent son propre format et vous oblige donc à acheter uniquement chez eux).

kobo-3-et-si-on-bavardait

La liseuse électronique, c’est super mais…

  • Le prix des livres numériques peut être rébarbatif ! Il arrive parfois qu’un livre soit aussi voir plus cher que sa version papier. J’avoue être assez sceptique puisque l’on parle d’un objet immatériel (sans coût d’impression, de livraison, de stockage…). Il est possible de trouver des livres gratuitement (ceux tombés dans le domaine public) et d’autres…sous le manteau (je n’en dirais pas plus).
    Il y’a régulièrement des promotions, cela reste intéressant à ce moment là.
  • Les suggestions risquent de nous enfermer dans un même genre de lecture : cela vaut pour tout service culturel en ligne (comme Netflix). A partir du moment où vous achetez/consultez certains types d’ouvrages, le service en ligne vous proposera toujours le même type d’intrigues ou d’auteurs. C’est pour cela, qu’il faut, à mon sens, continuer de se renseigner, lire les avis de blogueurs, demander à un libraire, à ses proches etc…
  • Cela reste immatériel, et quand on est un véritable amoureux des livres, on aime en avoir à la maison. J’aime corner les pages, annoter, le toucher du papier…et la liseuse ne le permet évidemment pas.

Mon bilan

La liseuse numérique est vraiment un objet que j’adore. Je peux l’emmener partout avec moi, passer d’un livre à l’autre sans avoir à devoir faire un choix le matin à la dernière minute tout en mettant mes chaussettes et en attrapant mon manteau (je suis prévoyante comme fille :p ). Elle répond vraiment à mes attentes de nomade modérée, surtout que j’ai pas mal voyagé cette année. C’est un objet certes numérique, mais j’ai malgré tout le sentiment de déconnecter. Aucune distraction juste les lignes de mon histoire préférée (pas de notification, pas de pub, écran adapté…). Enfin, l’objet est bien conçu : le toucher pour tourner les pages est réactif, je peux aller consulter les notes, surligner des passages (et le retrouver dans un onglet dédié)…Bref, je suis conquise, et surtout rassurée. Elle n’a absolument pas remplacé les livres papier (que je continue de lire et d’acheter). Au contraire, elle a même boosté ma lecture, me permettant de redécouvrir cette activité que j’aime tant.

Alors convaincus ? Avez-vous en votre possession une liseuse ? Qu’en pensez-vous ?

kobo-et-si-on-bavardait

 

 

Share: