Si je devais retenir un seul souvenir de cette année, mon choix serait difficile. Tant de choses vécues, tant de choses importantes, chéries, regrettées mais marquantes. Elles feront certainement l’objet d’un billet-bilan, aujourd’hui, c’est l’actualité qui me pousse à écrire.

Un seul souvenir donc…je dirais Cuba. Nous avons appris il y a quelques jours la mort de Fidel Castro. Un événement historique pour l’Histoire du XXe siècle, mais surtout pour l’Histoire cubaine. Je ne suis pas une spécialiste de la Révolution cubaine. Cependant, je tiens à rendre hommage à ce pays pour lequel j’ai eu un véritable coup de cœur. Je tiens à rendre hommage à ces gens croisés au fil des kilomètres parcourus.

cuba-et-si-on-bavardait-la-havane-dans-les-rues-2cuba-et-si-on-bavardait-1

Cuba, c’est le fantasme de la révolution. Le fantasme d’un endroit où le temps s’est arrêté. C’est vrai que c’est poétique, c’est bohème. Ce temps suspendu nous fait du bien à nous, les voyageurs vivants dans des pays où tout va trop vite. Cuba, c’est la patience, c’est la débrouillardise. C’est le manque aussi. J’ai été marquée par ce pays où les routes sont parfois pleines de trous, où l’on croise des piétons, des gens à vélo ou à cheval sur l’autoroute vide, où seuls les cars Transtur et Viazul circulent. J’ai été marquée par la saleté des rues de la Havane. Par la rue qui continue de vivre jusque très tard le soir (si vous cherchez une antenne, du pain…vous le trouverez à 23h sans problème). J’ai été interpellée par l’état des maisons et des appartements, qui manquent parfois de s’effondrer.

Cependant le plus marquant reste les sourires et la gentillesse des gens. L’humain a été au coeur de ce voyage :

  • Geisel, l’artiste peintre (qui doit maintenant profiter de sa jolie chérie italienne à Rome) et sa bande de copains avec qui nous avons passé une journée entière à la plage près de Trinidad, à boire du rhum, des jus de fruit et à leur faire découvrir des musiques françaises (ils connaissent Zaz, what the fuck !). Ces mêmes garçons pour passer une soirée dans une boîte de nuit juste dingue, la Cueva, dans une vraie grotte.
  • Je me rappelle d’Angela, lors de notre grande promenade dans la Havane. Elle était devant sa maison, ma soeur et moi posions devant une vieille voiture en panne. Elle nous a raconté un bout de son histoire, de son fils comptable qui ne trouve pas de travail, de son amie française, ancienne touriste, qui l’a invitée en France.

cuba-et-si-on-bavardait-la-havane-dans-les-rues-1cuba-et-si-on-bavardait-3

  • La gentillesse de Yuniel et Lennoy, deux Cubains de la Havane avec qui nous avions pris contact avant notre arrivée. Ils sont venus nous chercher à l’aéroport et nous ont trouvé notre 1er logement…
  • Ces deux garçons sur le Malecon « Guapa, tu peux nous filmer avec ton appareil photo demain. On fait de la musique, on aimerait tourner notre clip. Mais ici, on n’a pas tout ça. On a envie de partir pour connaître le monde moderne ».

Cuba est une destination qui marque par son décor pittoresque et les gens bienveillants. On nous dit « attention aux arnaques ». Certes,  il y a parfois des gens qui sont intéressés…mais que ferions-nous si nous vivions dans les mêmes conditions qu’eux ? Ce que nous trouvons merveilleux chez eux, ils ne le supportent plus. Toi, touriste, tu mangeras à ta faim, les meilleures choses que l’on peut trouver sur l’île. Pendant ce temps-là, les Cubains ont droit à 6 oeufs par mois et par personne, 3 kilos de riz, 50cl d’huile…la viande et le poisson en quantité microscopique. Revenir de Cuba, c’est se poser des questions. Se dire qu’on a adoré croiser ces gens, en apprendre sur leur histoire, être témoin de ce système où seule une certaine élite profite de l’ensemble des richesses, sous couvert d’une politique soit-disant juste. C’est crever d’envie d’y retourner car c’est authentique. Mais c’est se refuser de le faire car le tourisme entretient le système et ne profite en rien aux gens que tu croiseras au détour d’une rue, d’une question car tu es perdu, en bord de mer en allant chercher un transat.

Désolée pour ce billet décousu. J’avais juste envie de vous parler de ces quelques personnes et de mon ressenti sur mon voyage. Humainement, il a été le plus riche de mon année. Et au fond de mon coeur, j’aurais toujours une pensée pour ces gens. En espérant très très très fort que bientôt ils connaîtront la liberté. La vraie.

🇨🇺✊🏾Fidel Castro ha muerto a los 90 años. Espero que Cuba y los Cubanos se vayan a conocer realmente la libertad, la modernidad y la abundancia. Viva Cuba Libre…sin Fidel, (¿pronto sin Raúl ?) y espero sin comunismo. Ojalá! ✊🏾🇨🇺

cuba-et-si-on-bavardait-4 cuba-et-si-on-bavardait-los-mogotes-de-vinales-1 cuba-plaza-de-la-revolucion-et-si-on-bavardait

Share: