Avec l’Amoureux, on savait que ce week-end allait être un peu à l’arrache. Le truc, c’est qu’on ne se doutait pas à quel point il serait épique : rentrer en covoiturage en dernière minute pour cause de grève de la SNCB, attendre 2h dans une gare routière glauque sans un café (ni un endroit pour faire pipi…), manger un sandwich avec…

Share: